2021, Visite des bibliothèques du Sine Saloum.

lundi 13 décembre 2021
par  LEA
popularité : 47%

Bloquées par le COVID pendant 2 ans sans pouvoir venir au Sénégal, nous reprenons enfin le cours de nos activités.

Cette visite est marquée par de bonnes surprises,

  • A Thiaré, la bibliothèque renaît grâce ie grâce à l’implication d’ un jeune étudiant du village qui prend en charge sa gestion quotidienne
  • A Kahone, la bibliothécaire ayant réussi son baccalauréat est maintenant à l’UCAD et c’est sa sœur qui a pris le relais.
  • A Keur Madiabel, l’équipe est à pied d’ œuvre pour la reprise d’activité après l’interruption liée au Covid.
  • et pour Keur Socé qui a déposé une demande il y a deux ans, notre partenaire local voulait organiser une rencontre avec le maire pour discuter du projet. Mais, à cause de la proximité des élections locales, cette entrevue n’a pas eu lieu.

et de mauvaises surprises

  • Sibassor : Alioune Ndour a bien récupéré les 2000 livres à Joal mais il a du les stocker chez lui, le maire étant revenu sur sa promesse de local que nous avions visité ensemble en 2019.
  • Nioro du RIP : Cette bibliothèque qui fonctionnait si bien depuis près de 10 ans avec un réel impact sur la scolarité des élèves et qui avait réussi à nouer divers partenariats, a été expulsée de ses locaux par le maire pour y loger les forces de l’ordre. Depuis deux ans, la mairie ne l’a pas relogé, malgré les nombreuses actions menées par les lecteurs.
  • Djilor Saloum : Après son expulsion de ses locaux il y a 6 ans, et l’inertie du nouveau maire, la bibliothèque a été hébergée dans une école élémentaire mais l’enseignant qui s’en occupait ayant été affecté, la bibliothèque est en déshérence.
  • Passy  : Après des difficultés faites au bibliothécaire pour accéder aux locaux du centre culturel où était logée la bibliothèque, ce dernier, bénévole, Il a baissé les bras et renoncé, la bibliothèque est abandonnée.

Les bibliothèques visitées ont reçu une dotation complémentaire composée d’œuvres sénégalaises et françaises au au programme des lycées et collèges ainsi que les 4 romans de Mbougar Sarr, auteur sénégalais qui a obtenu le prix Goncourt en 2021.

Globalement et malgré les déconvenues, cette visite est encourageante. les bibliothèques ont su résister à la crise du COVID et sont maintenant prêtes à repartir de plus belle.

_________________________

Voilà une belle histoire : bibliothèque de Thiaré

Mise en place en 2011, par Lire en Afrique, la bibliothèque a bien fonctionné plusieurs années en tant que bibliothèque communautaire, puis elle a été transférée par ses gestionnaires au collège de Thiaré. Elle sortait ainsi de la sphère du suivi de Lire en Afrique pour entrer dans le giron de l’Éducation Nationale.

Mais cette année, grosse évolution, bien qu’installée au collège, la bibliothèque entend reprendre un fonctionnement communautaire. Elle est, nous dit-on, gérée par deux bénévoles et est ouverte à toute la population du village. Lire en Afrique est à nouveau sollicitée.

Nous nous rendons sur place, et surprise, l’ancien gestionnaire, Demba Sarr est à présent surveillant général au collège et tient à ce que cette bibliothèque fonctionne bien. Les livres sont correctement classés et toujours en bon état, mais il est nécessaire d’éliminer des rayonnages les vieilles encyclopédies devenues obsolètes et les manuels en séries pour faire la place aux albums et documentaires encore entassés en vrac sur des tables bancs
Le proviseur du collège nouvellement nommé, tient aussi à ce que cette bibliothèque fonctionne comme une bibliothèque accessible à toute la jeunesse et non aux seuls élèves intéressés uniquement par les œuvres au programme, car dit-il, « Vous allez tuer cette bibliothèque avec votre obsession des œuvres au programme ». On compte donc sur la renaissance la bibliothèque de Thiaré qui, à titre d’encouragement, a reçu la dotation 2021 de Lire en Afrique.

THIARE 20211206 112641 2
THIARE 20211206 112641 1
Le local de bibliothèque au CEM de Thiaré Remise de la dotation 2021 de Lire en Afrique

Au centre culturel de Ndoffane, la bibliothèque se maintient.

Logée au centre socio-culturel de Ndoffane, la bibliothèque reste parfaitement en ordre. Elle dispose d’une salle de lecture. Outre la dotation initiale de Lire en Afrique, elle a reçu un don d’une collecte de romans français et de Corans tout neufs, classés sur de nouvelles étagères.
Le gestionnaire, Badiane Aliou Manga, suit, année après année les résultats aux examens de ses lecteurs ainsi :
Parmi les lecteurs et lectrices,

  • en 2017-2018, 27 ont obtenu leur bac sur les 46 terminales abonnés à la bibliothèque, 7 ont été admis au BEFEM sur les 10 abonnés de 3°.
  • en 2018-2019, 13 ont obtenu leur bac sur les 35 terminales abonnés, tandis que le seul lecteur de 3° a obtenu son BEFEM.
  • en 2019-2020, 13 ont obtenu leur bac sur les 20 terminales abonnés, 3 ont été admis au BEFEM sur les 4 abonnés de 3°.
  • en 2020-2021, 4 ont obtenu leur bac sur les 12 terminales.

Cette bibliothèque si agréable et si riche reçoit encore trop peu de lecteurs et lectrices et mériterait d’être mieux connue à Ndoffane et davantage fréquentée.

Ndoffane 20211206 122259
Le complexe socio-culturel qui héberge la bibliothèque de Ndoffane
NDOFFANE 20211206 122605
NDOFFANE 20211206 122540

La bibliothèque de Nioro du Rip, expulsée de ses locaux depuis deux ans, malgré la résistance farouche des jeunes

L’équipe de Nioro nous avait alertées : la bibliothèque a été expulsée par le maire des locaux qu’elle occupait dans un centre culturel, sans relogement praticable, au motif d’y loger les gendarmes.
Pour comprendre la situation, nous avons rendu visite à Babacar Ly, qui assure la responsabilité de cette bibliothèque Lire en Afrique. Nous avons pu constater que les livres et les étagères ont été mis en sécurité dans une salle du collège en attente d’une solution fiable.
Le maire, en compensation de l’expulsion, a proposé l’ancienne mairie, mais, inoccupée depuis des années et ouverte à tout vent, elle est en état de délabrement avancé : tout est à refaire, de la toiture, aux murs, des huisseries à l’ électricité et au carrelage et il n’y a pas de budget de rénovation.

Alors que la mairie faisait rénover le centre culturel expulsé par le maire, la gendarmerie refusait de s’y installer et faisait construire ses propres locaux. Il semble logique et raisonnable que la bibliothèque retrouve donc son site d’origine.

Babacar et l’équipe de gestion de la bibliothèque s’activent donc pour trouver une solution pérenne.
Les élections approchent, le futur maire soutiendra-t-il la bibliothèque et la relogera-t-il comme il le doit, la culture relevant aujourd’hui des prérogatives municipales ? Nous restons attentives.

consertation 20211205 175647
Avec le principal du CEM et Babacar LY, responsable de la bibliothèque
centre culturel 20211205 184154
proposition mairie20211205 183154
Le centre où était hébergée la bibliothèque Le site pourri de relogement proposé par la maire

Kahone, la bibliothèque est agréable dés que les livres y sont bien classés

La bibliothèque était en sommeil pour cause de Covid et de renouvellement d’équipe, l’ancienne a réussi le bac et est partie à l’université à Dakar.
Mais la relève est là : Ana Faye et Gore Sene reprennent le flambeau sous la tutelle de Babacar Faye, encore souffrant mais qui a tenu à nous rencontrer.
Sur le champ démarre une séance de reclassement de la bibliothèque et de dépoussiérage des livres. Puis Ana organise la présentation des nouveaux livres apportés par Lire en Afrique. Tous nos encouragements à cette nouvelle équipe.

Kahone 20211205 105419
Le centre socio-culturel qui héberge la bibliothèque
Kahone 20211205 132029
Kahone 20211205 140520
Revue des registres de prêts et d’abonnés La dotation 2021 en exposition

Keur Madiabel, une bibliothèque modèle

Visiter la bibliothèque de Keur Madiabel est toujours un plaisir. La compétence de gestion de la bibliothèque est maîtrisée par le club de recherche et littérature, composé de jeunes élèves qui partagent un savoir-faire, un amour de la bibliothèque, une connaissance des livres et sait se renouveler pour remplacer les bibliothécaires bénévoles partis à l’université.
Sous la tutelle bienveillante de Mouhamadou Habib Kebe, elle se maintient malgré l’arrêt lié au Covid et aux difficultés de respecter la distanciation physique.

La dotation 2021 Lire en Afrique offerte à la bibliothèque est déballée et appréciée. La bibliothèque vient au même moment de mettre à profit une subvention de la mairie de Keur Madiabel pour se procurer une douzaine d’œuvres au programme en plusieurs exemplaires. A noter aussi que la bibliothèque a été repeinte et les fuites du toit réparées.

KEUR MADIABEL 20211206 171930
KEUR MADIABEL 20211206 171939
La bibliothèque est logée dans l’ancienne salle du conseil municipal La salle de bibliothèque et ses 2000 ouvrages
KEUR MADIABEL 20211206 172441
KEUR MADIABEL 20211206 181256
Réception de la dotation Lire en Afrique 2021 Photo finale avec l’équipe

Djilor Saloum, expulsée elle aussi en attente d’un nouveau local

La bibliothèque Lire en Afrique de Djilor Saloum a été, comme d’autres hélas, victime du maire de la commune. Expulsée de l’ancienne mairie où elle était située avec la promesse, non tenue, de relogement dans l’une des pièces de la nouvelle mairie, elle a été finalement sauvée par une école primaire qui a bien voulu la recueillir.
Elle y a fonctionné jusqu’à ce que son gestionnaire soit affecté à Touba. Les collections et les rayonnages ont alors été stockés dans un coin d’une salle d’activité de cette école.

La collectivité de Djilor Saloum tient à cette bibliothèque dont l’utilité est reconnue par tout le monde. Farba Diouf qui en est responsable depuis l’origine, ainsi que l’ancien Président de la Communauté Rurale qui avait alloué les premiers locaux, aujourd’hui en poste dans cette école primaire, s’efforcent de trouver une solution pour la faire revivre.

L’avenir proche, en l’espèce, les élections municipales prévues en janvier prochain exaucera-t-il leurs vœux ? Dans l’affirmative, Lire en Afrique sera là pour à nouveau les appuyer.

DJILOR 20211207 103155
Livres et étagères remisées dans un coin
DJILOR 20211207 103852
DJILOR 20211207 110037
La salle où les livres sont stockés à l’école primaire Discussion pour trouver comment faire redémarrer cette bibliothèque

Passy, la bibliothèque renaîtra-t-elle un jour de ses cendres ?

Informées, il y a quelques années déjà, de la fermeture de la bibliothèque Lire en Afrique de Passy, par découragement des gestionnaires, nous décidons, malgré tout, de retourner sur le terrain pour comprendre ce qui s’est passé.

A la mairie, le secrétaire municipal nous reçoit. C’est lui qui, en 2006, s’était mobilisé pour faire venir une bibliothèque Lire en Afrique pour l’installer dans le nouveau centre culturel tout juste construit, (tout comme leur magnifique mairie), à l’époque du maire Moustapha Ka, ancien ministre de la culture.

Mais une fois construit, le centre a été laissé à l’abandon. La bibliothèque, installée par Lire en Afrique et gérée par des bénévoles a été la seule activité de ce centre. A force de tracasseries et face à l’inertie totale de la mairie, les deux bénévoles, par ailleurs enseignants, ont fini par jeter l’éponge, après plus de 10 ans d’activité. Le secrétaire municipal est franchement désolé de cette situation et souhaite ardemment qu’une nouvelle bibliothèque soit implantée à Passy, mais tout dépend des élections de janvier. Il prend nos coordonnées pour nous solliciter à nouveau en cas d’issue favorable.

Effectivement, notre visite au centre culturel nous montre un bâtiment imposant totalement délaissé. Et pourtant, vu la qualité du bâti, il nous semble réhabilitable. L’avenir lui sera-t-il propice ? Nous en saurons sans doute plus en 2022.

Sur les photos ci-dessous, vous noterez le contraste entre le bâtiment de la mairie, érigé en 2006, et fraichement repeint et le centre socio-culturel à l’abandon. Triste à voir !!

PASSY 20211207 090459
PASSY 20211207 091840
L’architecture futuriste de la mairie, nouvellement repeinte Le centre culturel à l’abandon depuis 2006

Dioffior, une bibliothèque amie toujurs là

Une nouvelle bibliothèque (CDI) a été installée à Dioffior dans le cadre de la coopération décentralisée entre Dioffior et Panazol. Lors de sa mise en place, Lire en Afrique a accepté le transfert des collections de la bibliothèque du foyer des jeunes, tombée en déshérence, vers cette nouvelle structure.

Nous sommes restées en contact avec les bibliothécaires du village qui ont géré depuis 2007 les bibliothèques dotées par Lire en Afrique : Alioune Cissé au collège et Cheikh Thiam au foyer qui ont accumulé, tous deux, une solide expérience.
Nous leur avons donc donné rendez-vous à cette bibliothèque pour envisager, ensemble, le transfert de compétences vers la nouvelle bibliothécaire qui vient de prendre son poste. Ils vont organiser une causerie pour faire part des résultats obtenus par les bibliothèques dans lesquelles ils se sont impliqués et montrer les impacts qu’elles ont eues sur la carrière professionnelle de leurs grandes lectrices.

La bibliothèque vient de recevoir, de son partenaire Panazol, 20 caisses de livres essentiellement jeunesse, qui restent à mettre en rayon. De quoi développer le lectorat vers les élèves du préscolaire et de l’élémentaire.

DIOFFIOR 20211129 152242
DIOFFIOR 20211129 150634
La bibliothèque de Dioffior dénommée CDI En discussion avec Alioune Cissé, ancien bibliothécaire au CEM de Dioffior

Aucune photo n’est encore insérée dans cet album